Imprimer Envoyer cet article à un ami


Une gestion concertée, des espaces protégés


Fouesnant bénéficie d’un environnement extrêmement riche et diversifié. La commune est donc particulièrement intéressée par la décision de l’Union Européenne de se doter de directives ayant pour objectifs la conservation de la faune, de la flore et la préservation des habitats naturels.

Sont concernées diverses zones du territoire fouesnantais : l’archipel des Glénan, le marais de Mousterlin ainsi qu’une extension en mer allant de la pointe de Penmarc’h à la pointe de Trévignon. La commune a tenu à prendre la présidence du comité de pilotage Natura 2000, chargé de la mise en oeuvre locale du projet, par la proposition de mesures de gestion des activités humaines. Ces propositions de gestion se feront en étroite collaboration avec les acteurs et les usagers des zones délimitées : promeneurs, pêcheurs, plaisanciers… La démarche a fait naître certaines craintes chez ces derniers qui redoutent des décisions trop contraignantes. Les diverses directives soulignent donc qu’il s’agit bien de maintenir un équilibre existant entre les activités humaines et les habitats naturels et non d’exclure l’activité humaine de territoires entiers.

D’ores et déjà, des actions proposées par le Docob (Document d’objectifs) ont été décidées sur la partie terrestre des Glénan et sur le marais de Mousterlin afin de préserver la biodiversité (maîtrise de la circulation humaine, curage des canaux, gestion pastorale des prairies, réalisation du milieu…). Reste maintenant à appréhender l’extension en mer de La tâche n’est pas aisée : les services de l’Etat sont en pleine réorganisation, les usagers sont nombreux et leurs attentes diverses, les milieux sous-marins sont méconnus. Les premières décisions devraient être prises dans deux ans et appliquées à l’horizon 2015.

Accéder à l’espace privé Natura 2000